Planity facilite la prise de rendez-vous beauté en quelques clics

La plateforme de réservation en ligne de rendez-vous beauté explose depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé la réouverture des commerces à partir du samedi 28 novembre. 

« La beauté est essentielle », ironise Antoine Puymirat, fondateur de Planity. Au lendemain de l’annonce du déconfinement progressif, et plus particulièrement la réouverture des « commerces non-essentiels », la plateforme de réservation en ligne auprès des salons de beauté cartonne. En une journée, près d’1 million de personnes sont venues sur le site pour réserver un rendez-vous chez le coiffeur, chez le barbier ou dans un institut de beauté. « C’est dix fois plus de trafic qu’habituellement », souligne Antoine Puymirat. 

Un déconfinement qui décoiffe

« A 20h07, lorsque le président a annoncé la réouverture des commerces, le site a explosé avec un pic de fréquentation multiplié par vingt », affirme le fondateur. Grâce aux fêtes de fin d’année et le besoin de se refaire une beauté, décembre s’annonce comme un très bon mois pour la plateforme et les 10 000 enseignes référencées. Pour permettre aux commerces de rattraper leur retard, l’Etat a annoncé qu’ils pourront rester ouverts jusqu’à 21h la semaine et ouvrir exceptionnellement le dimanche. Face à ces ajustements, la plateforme a prévu d’élargir les créneaux disponibles sur le site, si les enseignes le souhaitent. « Nous souhaitons que les instituts de beauté, les salons de coiffure et les barbiers soient complets et n’aient pas à se soucier des réservations ».

Antoine Puymirat estime que la plateforme a permis aux enseignes d’économiser une vingtaine d’heures. « Cette période permet aux salons de beauté, qui habituellement font du sans rendez-vous ou qui ne passent pas par une plateforme de réservation de prendre conscience du gain de temps et de l’utilité de ce service ». Pour en profiter, les salons de beauté payent un abonnement mensuel, sans engagement, à 59 euros avec 300 SMS offerts pour prévenir leurs clients. Pour 30 euros de plus, Planity propose un logiciel de caisse de gestion de paiement. Mais pendant les confinements, le site a décidé de ne pas faire payer l’abonnement et d’accompagner les enseignes en référençant les différents dispositifs de soutien mis en place par l’Etat et en les guidant pour les démarches. « On veut aider les professionnels à redémarrer leurs activités dans de bonnes conditions ».

Planity lève 10 millions d’euros

Comme les commerces, la plateforme a perdu 3 mois de chiffres d’affaires et a dû placer certains de ses membres en chômage partiel pour surmonter la crise. Mais cette période a montré aux commerces l’importance de se digitaliser. Antoine Puymirat a pour objectif de passer de 10 000 à 20 000 professionnels référencés d’ici l’année prochaine. Pour doubler le nombre d’abonnements en seulement un an, la plateforme a levé 10 millions d’euros en juillet dernier. Grâce à cette somme, le fondateur compte recruter des commerciaux et des développeurs en marketing dans toute la France, et passer de 130 à 200 salariés d’ici l’année prochaine. L’entreprise a prévu également de s’exporter à l’étranger et plus particulièrement en Allemagne, à partir de janvier 2022. D’ici là, Antoine Puymirat est confiant pour devenir, en 2021, une marque grand public et permettre aux salons de beauté d’avoir un agenda bien rempli. « Nous avons investi dans un spot publicitaire qui passera à la télévision à partir de la semaine prochaine », indique le fondateur.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.