La transition énergétique attend ses derniers arbitrages

Le texte de la loi sur la transition énergétique, dont les grands lignes seront présentées le 18 juin, attend ses arbitrages ultimes avant son passage en Conseil des ministres.

Ambitions

Sur le papier, les objectifs sont ambitieux. Parmi les volets que devrait comporter le projet de loi figurent la rénovation des bâtiments, le développement des énergies renouvelables (en résonance avec les 34 plans de la nouvelle France industrielle), les nouvelles infrastructures de transport et la baisse de la part du nucléaire dans la production d’électricité qui devrait passer de 75 % à 50 % à l’horizon 2025. A titre d’exemple, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, souhaiterait atteindre, vers 2030, une part de 40 % pour les énergies renouvelables électriques (hydraulique, éolien et solaire) contre 18, 6 % en 2012.

Financement

Comment encourager et financer l’ensemble de ces mesures qui appelleraient une mise de départ évaluée, selon les sources, entre 10 et 20 milliards d’euros ? La question n’est pas encore totalement tranchée. Différents mécanismes sont évoqués comme la création de SEM (Société d’économie mixte), la réforme des mécanismes de soutien des énergies renouvelables ou bien encore la mise en place d’un fonds national pour les économies d’énergie et la croissance verte. La création d’un fonds de garantie dédié à la rénovation énergétique est également évoquée.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil