FabBRICK, la start-up qui transforme nos déchets textiles en matériau de construction !

Face aux nouveaux défis environnementaux, de nombreuses entreprises s’engagent en faveur de la transition écologique et énergétique (TEE). Aujourd’hui, place à FabBRICK, une start-up parisienne qui offre une seconde vie aux textiles en réemployant les vêtements mis au rebut pour en faire un matériau de construction innovant.

À la question « Et toi, tu fais quoi pour le climat ? », Clarisse Merlet répond : FabBRICK. Depuis 2017, cette jeune entreprise parisienne lutte contre le gaspillage textile en recyclant nos vieux vêtements en un matériau de construction innovant.

Un constat : un Français jette en moyenne 12 kg de vêtements par an, dont seulement 2,5 kg sont recyclés.

Aujourd’hui, seulement 32,5% des textiles mis sur le marché en France chaque année, sont récupérés par les organismes de collectes pour être retraités.
Pourtant, sur les 195 000 tonnes de vêtements et textiles collectés par an, 60 % des pièces, qui sont pour la plupart en coton, sont suffisamment en bon état pour être réutilisées.

Une solution : transformer les textiles usagés en briques écologiques

En 2017, Clarisse Merlet, alors étudiante en architecture, est à la recherche d’une nouvelle façon de construire. « Le domaine de la construction est très énergivore et polluant. Il y a de plus en plus de déchets inexploités, notamment le coton qui se trouve être un très bon isolant » constate la fondatrice de FabBRICK. La jeune femme se lance alors dans une série de prototypes avec différentes colles écologiques et manières de positionner le textile pour le compresser. « Je suis arrivée à un prototype qui se tient bien, qui réagit bien au feu et à l'humidité, également ».

Rapidement, elle s’associe à une entreprise de collecte textile située en Normandie qui lui fournit la matière première. « Ensuite je fais broyer la matière première puis je la mélange à une colle écologique ». Depuis son lancement, Clarisse Merlet a produit plus de 37.000 briques pour divers projets comme des lieux d'exposition, des magasins et enseignes de prêt-à-porter.

Une ambition : industrialiser FabBRICK

Actuellement entourée d’une équipe de trois producteurs de matériaux et d’un ingénieur, la jeune femme ambitionne de passer d’une production de 200 briques par jour à plus de 500 grâce à l’acquisition de cinq machines hydrauliques : résultat de sa dernière levée de fonds. Elle envisage également de développer un matériau standardisé, disponible pour les particuliers dans les magasins de bricolage dès l'année prochaine.
En plus de recycler un volume croissant de textile, Clarisse Merlet ne perd pas de vu son objectif premier : créer un matériau isolant et porteur pour l'intérieur des habitations.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil